Editorial Q1 2023

À la recherche de l’équilibre perdu

Editorial - Avril 2023

Le début de l‘année 2023 s’est caractérisé par un optimisme modéré sur les marchés, après une année 2022 qui restera dans les annales pour avoir pénalisé sans distinction les investisseurs actionnaires et obligataires. Courant janvier, un bref instant, les actions et obligations ont affiché des performances, comme si les soucis d’inflation et le risque de récession avaient été résolus d’un coup de baguette magique avec le passage à l‘année nouvelle.

Si cet élan s’avérait propice pour tous les investisseurs, force est de constater qu’il n’a pas duré. 

L’inflation s’est montrée tenace dans un contexte où les mesures des banques centrales n’ont vraisemblablement pas encore réussi à briser définitivement la tendance. Même si l’inflation des biens a constamment fléchi, la tendance de l’inflation des services n’a, en revanche, guère montré de signe de faiblesse.

Et maintenant ?

L’histoire de ce début d’année risque de se répéter : les banques centrales continuent d’agir pour freiner l’activité tout autant que l’inflation, quoique dans le même temps, elles ne souhaitent pas prendre le risque de mettre l’intégralité de l’activité à l’arrêt. Dans cette perspective, le marché attendra des banquiers centraux qu’ils fassent preuve de finesse et doigté dans les mois à venir.

L’objectif est certainement que la politique monétaire des banques centrales accompagne l’économie dans ce soft landing si cher à Alan Greenspan, l’ancien Président de la Réserve fédérale américaine.

Réaliser un soft landing, c’est atteindre une trajectoire où la croissance économique est suffisamment réduite pour bannir tous les risques d’inflation sans pour autant toucher une récession.

Il va sans dire que les taux d’intérêts constituent les principaux instruments permettant d’atteindre cette trajectoire : en augmentant, les conditions d’obtention de crédit se durcissent et dissuadent ainsi certains entrepreneurs.

Au-delà des taux affichés et décidés par les banquiers centraux, les banques commerciales sont également susceptibles de durcir les conditions de crédit. En témoignent notamment les récentes faillites de certaines banques américaines ou le rachat du Credit Suisse en Europe, qui devraient inciter les banques à une plus grande aversion au risque. Ce faisant, les institutions financières devraient apporter leur soutien aux banques centrales dans les efforts qu’elles consentent à faire fléchir l’activité économique.

Dès lors, nous nous attendons encore à des changements de tendance sur les marchés, aussi bien dans le segment obligataire que dans celui des actions. Dans cette recherche subtile du bon équilibre, il s’agira d’être à l’affût du facteur-clé qui consiste à déterminer si les banques centrales auront trop peu, juste assez ou beaucoup trop refreiné l’activité.

En somme, nous espérons toucher bientôt le « juste ce qu’il faut » !

Vous remerciant pour votre confiance.

Carlo Stronck
Conducting Officer & Managing Director 
Spuerkeess Asset Management

Vous cherchez une analyse plus détaillée ?

Vous voulez connaître l'impact sur nos gestions ?

Disclaimer
Les informations et opinions contenues dans le présent document se dégagent de sources d’informations fiables. La Banque et Caisse d'Epargne de l'Etat, Luxembourg (Spuerkeess) ne peut cependant pas garantir leur exactitude, exhaustivité ou pertinence. Les informations et les opinions contenues dans le présent document sont fournies à titre purement informatif aux clients de la Spuerkeess et ne constituent ni une offre d’achat ou de vente, ni des recommandations d’investissement, ni un conseil en investissement, voire un quelconque engagement de la Spuerkeess. Chaque client est tenu de se forger sa propre opinion sur les informations contenues dans le présent document et pour ce faire, il lui est loisible de contacter son conseiller habituel pour toute question en matière d’investissements. Les informations et opinions ne sauraient en aucun cas servir à une évaluation des instruments financiers éventuellement mentionnés dans le présent document. Toute référence à des performances passées ne saurait constituer une indication quant aux performances à venir. Le contenu du présent document reflète les opinions de la Spuerkeess au jour de la publication dudit document. Toute information ou opinion contenues dans le présent document peut être supprimée ou modifiée à tout moment par une nouvelle publication. La Spuerkeess décline toute responsabilité au titre de ce document s’il a été altéré, déformé ou falsifié notamment par le biais de l’utilisation d’Internet. En outre, la Spuerkeess ne pourra être tenue responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation d’une quelconque opinion ou information contenue dans le présent document. En tant qu’établissement de crédit de droit luxembourgeois, la Spuerkeess est soumise au contrôle prudentiel de la Commission de Surveillance du Secteur Financier. Le présent document a été élaboré par le Service Banque Privée et BCEE Asset Management. Le présent document ne peut être ni reproduit, ni communiqué à une tierce personne sans autorisation préalable écrite de la Spuerkeess. Sauf indication contraire dans le présent document, il n’est pas prévu de le mettre à jour.