06 novembre 2020

FLASH – Élections présidentielles américaines

À ce stade de la procédure électorale, les élections présidentielles américaines n’ont pas encore débouché sur un résultat clair. Contrairement à ce que les sondages veulent bien en dire, la bataille est beaucoup plus serrée entre Trump et Biden.

C’est pourtant ce scénario que redoutaient beaucoup d’intervenants, puisqu’il a été étiqueté comme non favorable aux marchés. Or, la séance de ce mercredi 4 novembre fut en toute surprise remarquable, puisque les indices boursiers ont grimpé de manière spectaculaire. Comment pouvons-nous interpréter ce mouvement inattendu ? Dans l’intervalle, cela signifie-t-il que l’incertitude serait levée ?

I. Situation actuelle

  • Biden construit petit à petit une avance face à Trump. A ce jeudi midi, d’après les estimations respectives d’Associated Press (AP) et de CNN, le candidat démocrate rassemblerait 264 ou 253 grands électeurs contre 214 ou 213 pour son adversaire républicain.
  • Il reste cinq États clé qui détermineront l’issue de ce vote. D’après AP, les États dont l’issue n’est pas déterminée sont la Géorgie, le Nevada, la Pennsylvanie et la Caroline du nord. A ceux-ci, CNN ajoute l’État d’Arizona.
  • Pour l’instant, au Sénat, les républicains ont deux sièges d’avance.
  • En revanche, à la chambre des représentants, les démocrates sont devant des républicains.

En somme, nous nous dirigeons vers un probable résultat où Biden accéderait à la présidence alors que le Congrès serait divisé entre républicains et démocrates.

II. Implications d’une cohabitation « Maison Blanche démocrate, congrès divisé »

  • Nous savons que le nouveau plan de relance de l’économie fait débat, et dans cette situation, les négociations risquent d’être plus ardues. Nous identifions ceci comme étant le principal risque. Toutefois, il n’existe aucune alternative : un nouveau plan devra tant bien que mal être mis en place car l’économie va inévitablement ralentir avec une recrudescence des infections de Covid-19.
  • L’administration Biden devra arrondir les angles concernant les aspects « socialistes » de son programme. Dans ce cas de figure, les hausses de taxes, la hausse du salaire minimum et les nouvelles régulations ne devraient pas entrer en vigueur facilement.
  • Concernant la santé, Biden prévoyait de mener une politique dans la continuité de l’Obamacare, ce qui devient plus difficile.
  • Par ailleurs, Biden devra confirmer un positionnement sévère à l’égard de la Chine, tout en sachant que les décisions en matière de politique étrangère seront plus prévisibles et moins discrétionnaires.

Risque principal : Biden sera limité en termes de stimulus alors que la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 approche. À nouveau, les  négociations seront longues sur le montant du plan de relance ainsi que ses priorités, mais les parties finiront par trouver un accord. Soulignons que les derniers plans de relance ont été approuvés dans un contexte où le pouvoir était partagé à Washington.

Avantage principal : Les promesses « anti-business » de Biden devront être revues à la baisse. Aussi, les républicains étant aussi favorables à plus d’investissement, la cohabitation ne devrait pas empêcher que de nouvelles dépenses publiques soient consacrées aux infrastructures, ce qui est positif pour l’économie dans son ensemble.

III. Réaction des marchés

  • Alors que le dépouillement des votes continue, la performance immédiate des marchés actions a été globalement remarquable. Aux États-Unis, l’indice du Nasdaq a monté de 4%, et le S&P 500 de 2%.
  • À l’ouverture des marchés européens, la volatilité était élevée. En revanche, à mesure que la journée avançait, les investisseurs ont eu davantage de visibilité et ont pu se positionner par rapport au cas de figure cité plus haut.
  • Les marchés semblent espérer que la politique budgétaire expansionniste soit renouvelée avec Biden au pouvoir. Même si la majorité républicaine au Sénat est susceptible de faire ralentir un éventuel plan de relance, une deuxième vague de Covid-19 obligera les deux partis à trouver un terrain d’entente.
  • De même, nous avons observé une forte hausse des secteurs de la Santé et des Technologies de l’information. Ainsi, les investisseurs peuvent constater que de nouvelles régulations seraient peu plausibles si ces résultats venaient à être confirmés.

IV. Stratégie d’investissement

Après ce mouvement des marchés que nous qualifierons de quelque peu euphorique, la volatilité pourrait reprendre le dessus dans les jours et semaines à venir. Une « non acceptation » des résultats par Trump et son corollaire d‘actions en justice est susceptible d’entraîner son lot d’irritation auprès des investisseurs dans un environnement économique difficile.

Toutefois, si nous envisageons la situation dans un horizon de moyen à long terme, il existe beaucoup de raisons d’être favorable aux marchés actions dans un contexte de taux qui devrait rester durablement bas. Comme nous l’avons évoqué dans nos deux dernières communications, nous sommes en faveur d’une hausse du poids en actions pour nous diriger vers la neutralité. Nous marquons notre préférence à l’égard des segments de qualité, entre autres avec un biais américain tel que celui de la Technologie.

Nous continuons à suivre de près l’impact que ces élections peuvent avoir sur les grandes tendances et n’hésiterons pas à vous revenir avec notre analyse et s’il y avait lieu de réagir.